• Cours sur la Raison, le réel et la croyance

     Cours sur la raison, le réel et la croyance

    (cours en chantier) 

    Introduction : Recherche d’idées et des différents types de problèmes qui se posent autour de ces notions.

    - Faut-il chercher à avoir raison à tout prix ? Est-il toujours raisonnable d'être rationnel ? (Etre rationnel et être raisonnable, s’agit-il de la même chose ?) Doit-on (ou peut-on) faire de la raison une valeur (morale) ? Tout ce qui est rationnel est-il réel ? Faut-il nécessairement opposer la raison et la croyance ? (Toute croyance est-elle nécessairement irrationnelle ?)

     Une dualité de sens comprise au cœur même de la raison (1 sens double ou 2 sens différents ?)

     1)    La raison au sens de la simple rationalité technique :   ex. On peut dire d’un criminel qu’il est rationnel sans prétendre qu’il est raisonnable. On peut le dire aussi que l’égoïsme est rationnel, mais est-il pour autant raisonnable ?   Dans quel sens est ici prise la raison ? = comme simple faculté de calcul, une valeur pratique et technique...

      2) Qu’entend-on de plus lorsqu’on dit que c’est raisonnable ? En quel sens de la raison dit-on qu’une action est raisonnable, c’est-à-dire conforme à la raison ? Un sens moral…   En quoi la raison possède t-elle en elle-même une valeur morale (et quel est cette morale ?)

      Cf. La distinction entre la valeur purement instrumentale de la raison et sa valeur morale dans l’opposition que fait Kant entre impératif hypothétique ou technique et impératif catégorique. (FMM)

      Spécificité de l’agir humain : « Alors que tout dans la nature agit d’après des lois, l’être raisonnable est le seul qui agisse par représentation des lois » FMM

     Les 3 types d’impératifs chez Kant : (à ne pas confondre selon Kant)

     1°) Impératifs « hypothétiques » ou « techniques » (se rapportant à l’art)  = « des règles de l’habileté ».

     2°) Impératifs pragmatiques (se rapportant aux bien-être) = « des conseils de prudence ».

     3°) Impératifs catégoriques dit « moraux » = « des commandements (des lois) de la moralité » (se rapportant aux comportements et aux mœurs).

      « Un impératif est une proposition qui énonce un devoir ou une nécessité pratique »

     « Si l’action est bonne que comme moyen pour quelque autre chose, l’impératif est hypothétique ; si elle est représenté comme bonne en soi, par suite comme étant nécessairement dans une volonté qui est en soi conforme à la raison, le principe qui la détermine est alors impératif catégorique » (FMM)

     « Les impératifs sont donc : Seul l’impératifs catégorique n’est limité par aucune condition et, en tant qu’ »absolument, quoique pratiquement nécessaire »il est pratiquement un commandement, une loi à laquelle on doit obéir; c’est-à-dire obtempérer même à l’encontre de l’inclination. »


     I -Faut-il chercher à avoir raison à tout prix ? (au prix de quoi ? De la vérité, du respect…)(Sur le pouvoir et la puissance du langage : Quel pouvoir possède celui ou celle qui maîtrise l’art de la parole (l’art de bien parler) ?)

     A) L’art de persuader : La rhétorique. Qu’appelle-t-on la rhétorique ?

     (Attention !) 2 sens différents qui pourraient être opposés : 1) L’art de persuader (techniques) ; 2) L’étude du langage, des figures de style, de rhétorique et d’argumentation (science)

      Exercice 1 : Rédiger un petit manuel destiné à la formation du parfait petit démago. Il pourrait s’intituler : « 5 leçons ou 5 conseils pour devenir un bon rhéteur ». Que lui conseilleriez-vous d’apprendre en priorité ? Bref, que doit-on connaître et maîtriser pour être un maître de rhétorique ?

      Réponses : * Les gestes (chirologia), * La psychologie (des masses) : Connaître les passions humaines, les peurs, les désirs et les fantasmes de son auditoire pour jouer sur ses sentiments (bien savoir à qui je parle, quel est le registre et le niveau de langue à adopter), * La sociologie : avoir un bon diagnostique sur les lieux communs et les sujets en vogue, * La logique (si on ne connaît rien au sujet on pourra ainsi paraître être vraisemblable), * La dialectique (l’art de bien présenter ces opinions basé sur une bonne connaissance des arguments les plus répandus sur le sujet) , (*Etre à l’écoute, * Avoir du feeling, * Savoir qu’est-ce qui a du pouvoir…)

      Texte 1 (facultatif) : « La rhétorique dans l’antiquité » de Laurent Pernot »

      Texte 2 : « L’art d’avoir toujours raison », Arthur Schopenhauer (l’introduction, plus quelques exemples de Stratagèmes…)

     Exercice 2 (ou T.P. de philosophie) : La rhétorique employée au quotidien…

     (cf. Fiche sur les figures de style et de rhétorique, + Brice de Nice, de James Huth)

     Matériel disponible pour illustrer : Couper le son, sur les gestes des hommes politiques (dvd, Le Monde 2), Réfutations dvd de l’Autre Campagne sur les discours politiques de Nicolas Sarkozy, Les grands duels de l’entre 2 tours des élections présidentielles, archives INA sur les petites et les grandes phrases prononcées lors des campagnes électorales.

     Texte 3 : L’éloge d’Hélène, Gorgias de Léontium. « Le langage est un grand potentat ». Sur la puissance démiurgique et les effets thérapeutiques du langage « C’est la vie ! »

     L’ « effet de réel » et l’effet monde » du langage, une puissance de  retournement. Le réel et ses faces (« la face toujours cachée de la vieille lune qu’est le réel ! »)

     B) Convaincre :  Qu’est-ce qu’une démonstration ? Qu’est-ce qu’un discours rationnel ? 

      La méthode : méth-odos  le chemin que l’on peut tracer (cf. au sens de la traçabilité ).

     Texte de Descartes (ou de Leibnitz)  Discours de la méthode (1637), Deuxième partie, Bibliothèque de la Pléiade, pp. 137.138.

    II-  Est-il toujours raisonnable d'être rationnel ?

    A) Etre rationnel est-ce chercher à tout rationnaliser ? Doit-on chercher à rationnaliser nos conduites ? (Pour rendre l'homme raisonnalbe faut-il chercher à rationaliser ses conduites ?)

    a) Le comportement rationnel, le problème de l'égoïsme et l'homo oeconomicus : le calcul des plaisirs et des peines... Est-il plus rationnel d'être égoïste ? Peut-on fonder une morale sur le calcul de l'intérêt et de l'utile propre ?

     b) Le problème de l’arraisonnement du monde (et de l’agir humain) :

    Technique et Raison chez Heidegger

     - L'exemple du new public managment

     B)   N’y a t-il que l’action intentionnelle (accomplie de façon réfléchie) à être rationnelle ? La conscience est-elle essentiellement réflexive ?

     -  Le don comme paradigme de l’agir (M.A.U.S.S) :

     -       La distinction stoïcienne entre le skopos (le but) et le telos (la fin) : 2 façons de penser l’action. (2 types de rationalité à l’œuvre). DVD « Regards sur le sport », André Compte Sponville. 2 exemples : 1- Herrigel, Le Zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc (en Chine). 2- François Billeter sur Tchouang Tseu

    c) Valeur éthique : la Raison comme Tiers et la valeur de Justice = Faut-il toujours chercher à avoir raison ? Rendre raison = rendre des comptes… Caractère universel de la Raison en question (non culturel ?)…  Existe t-il différentes formes de rationalité ?

    III- Toute croyance est-elle contraire à la raison ? Faut-il nécessairement opposer la croyance à la raison ?

    A) Explication religieuse et explication scientifique du monde et des phénomènes naturels :

    Spinoza, Ethique (Appendice du livre I)

    Freud, L'avenir d'une illusion

    B) Avoir des valeurs nécessite t-il d'y croire ?

    Pascal, Vérité du coeur... 


    Tags Tags : , , , ,