• Méthodologie philosophique : La dissertation

    Méthodologie philosophique : La dissertation

     

    Les premiers moments, les recherches et le brouillon :

             (à détailler ensemble en classe)

     

     I- L’introduction :

    En trois parties (3 § donc 3 alinéas, pas de saut de ligne avant la fin de l’intro).

     

      -  1ère partie de l’introduction : Vous devez introduire et présenter le sujet. Pour cela, vous devrez nécessairement au cours d’une des deux premières parties réécrire intégralement l’intitulé du sujet. Il faudra repérer, soulever et formuler un problème contenu dans la question du sujet. Problèmatiser c’est trouver un problème, comprendre pourquoi la question se pose ?

     Pour cela, vous pouvez soit :

     

    -       Chercher par exemple la réponse la plus évidente (un lieu commun sur le sujet) afin de montrer que ce n’est pas si évident ! ( Et que la question se pose vraiment !). 

     

    -       Partir d’un problème qui se pose autour du sujet (d’une conséquence, d’un enjeu… Prenez un exemple dans un des domaines suivants : Art, Science, Politique, Religion…).  

     

    -       Partir d’une thèse dans ce 1er § (attention de ne pas conclure en introduction !) afin de la confronter à une thèse adverse dans le 2e §.

     

     ( Eviter les formulations générales : « De tout temps les hommes… », «Dans notre société contemporaine moderne… », « De nos jours… » etc…)

     

       2e partie de l’introduction :

     -       Commencer par une opposition (« Mais, Toutefois, Cependant, Néanmoins, Ne faut-il pas penser que…) afin de réagir face au problème, à la thèse ou aux enjeux qui ont été soulevés en première partie. (Prenez par exemple position en vous demandant s’il est bien posé.)

     

    -       Enoncer une thèse adverse

     

    -        Ce deuxième moment doit s’opposer au premier. Il faut éviter une annonce de plan programmatique qui ne fait pas apparaître de problème.

     

      3e partie de l’introduction : Fin des questions et formulation de la problématique : c’est le problème directeur du devoir. La problématique n’est pas une simple question, c’est une question qui laisse apparaître un problème. La phrase doit donc contenir et opposer des concepts.

     

    Ex : Structure possible, 1- Evidence, 2- Contre-évidence, 3- Problématique.

     

       II- Le développement : (2 ou 3 parties)

      Le plan est appelé dialectique, il organise donc des dialogues autour de débats. Il confronte des idées, mieux, des auteurs.  (Conseil : Vous pouvez organiser vos parties avec des auteurs).

     

     Première partie :

     

    1-     Après avoir introduit l'ensemble du devoir, n'hésitez pas à introduire à nouveau votre première partie en montrant quel est le débat de cette partie et en quel sens vous prenez et comprenez les termes du sujet pour commencer. Analysez donc le sujet et ses concepts à partir d’un problème, de la problématique (et pas en général !). Il faut à tout moment montrer le rapport entre vos propos et l'intitulé exact du sujet et du problème posé en introduction. (NB: Ne jamais définir les concepts du sujet chacun de leur côté mais toujours selon le sujet : pas de définitions a priori ou liminaires mais une définition en fonction de la problématique).

     

    2-     Partir d’une première définition du sujet, dégager une première piste de réflexion et la justifier. Toujours bien montrer quel est le débat, quelles sont les thèses ou les positions qui sont en jeu, quelles conséquences découlent de ces visions et quelles sont les idées dont on peut expliquer ou démontrer la pertinence.


    TRANSITION entre la première et la deuxième partie (elle doit être rattachée à la fin de la première partie ou au début de la seconde) : Il s'agit de redéfinir les concepts (termes) du sujet pour montrer qu'il est possible de les prendre dans un autre sens, ceci va nous aider à montrer que le devoir n'est pas fini, que l'on peut dépasser la position prise dans la première partie et qu'il y a d'autres questions qui se posent auxquelles ne répondait pas notre partie I.


     Deuxième partie : (reprendre et appliquer la méthodologie de la première partie)

    Rappel:    Prendre position vis à vis de la première. Recommencer le travail propre à tout début de partie (cf la première partie !) : redéfinir le sujet et le sens donné au terme en fonction du nouveau problème soulevé. (Travail des concepts).

     

      Si troisième partie… :

     

    Montrer qu’une troisième partie est nécessaire pour dépasser l’opposition des deux premières. Pour cela vous pouvez montrer que l’opposition n’est qu’apparente, que le problème est ailleurs, ou que la question peut se formuler différemment.    

     

     

     ( Conseils : Ne pas hésiter à faire des bilans à chaque fin de partie. Obligez vous à réécrire le sujet pour vous assurer que vous ne l’avez pas quitté ou perdu, toujours dans le but d’y répondre clairement et de faire le point. L'intitulé exact du sujet doit donc apparaître au minimum 4 ou 5 fois dans le devoir : en intro, partie I, II et III, conclusion ).

     

     

       IV- La conclusion :

     

       En 1 ou 2 parties :

     

    1)                     Résumer les principales difficultés abordées lors de votre réflexion et rappeler le cheminement pris.

     

    2)                     Reprendre la réponse proposée. (Eviter les ouvertures béantes du type : « ...mais ne sommes-nous pas seuls dans l’univers ? »…)

     

     

     

    CONSEILS :

     

    -       Ne pas oublier qu’une dissertation est un dialogue entre des idées ou des thèses opposées (le plan doit donc être dialectique). Il ne convient évidemment pas de faire une liste ou un catalogue avec ces idées. Il ne faut pas les juxtaposer, mais les confronter. On appelle cela problématiser. Un propos est problématique quand il oppose des concepts.     

     

    Disserter = problématiser = prendre position dans un débat

     

    -       Pour vous aider à trouver des idées et des pistes de réflexion vous pouvez appliquer le sujet aux différents domaines de la philosophie (Ethique, Esthétique, Métaphysique, Politique, Epistémologique) et voir quel nouvel éclairage et quelle nouvelle traduction du sujet vous obtenez, cela permet également d’apercevoir des enjeux inaperçus au premier coup d’œil. 

     

    -       Eviter les expressions toutes faites (type : il faudrait aller plus loin…Où ?), les mots valises trop imprécis (genre : intérieur/extérieur, profond, subjectif…) et les allusions non développées (auteurs, exemples, idées).

     


    Tags Tags : , , , ,